RP – L’amie prodigieuse

Avant cette nouvelle version de Bavardages, il y avait déjà de nombreux articles que j’aimais beaucoup sur l‘ancien blog. Voici quelques republications pour vous faire découvrir ou redécouvrir quatre livres que j’avais énormément aimés. A lire (impérativement) ou relire (pour le plaisir). Troisième article, à l’origine publié le 10 juin 2017, pour vous présenter L’Amie prodigieuse, le fabuleux premier tome de la série écrite par Elena Ferrante.

On m’avait dit : « Il faut que tu lises ce livre, il est vraiment bien ». Je l’avais en ma possession, mais il n’était pas au sommet de ma Pile à Lire vertigineuse (une sorte de tour de Pise de papier qui penche sur mon bureau et ne cesse de pousser sans que je l’arrose). Puis j’ai eu envie de lire un roman et non, décidément non, il n’est pas juste « vraiment bien ». Il est incroyable ! C’est le genre de livre qu’on ne lâche pas avant qu’il soit fini. On se couche tôt pour lire tranquillement avant de dormir, et trois heures plus tard on y est encore et le sommeil devient un concept superficiel. Le lendemain matin, même pas fatigué, mais des cernes qui soulignent les yeux quand même, le livre précède le café. Et pas de sitôt, le café, parce qu’il faudrait lâcher le livre. Dans le métro, soudaine envie d’aller jusqu’au terminus. La ponctualité est une construction sociale tout aussi surévaluée que le sommeil.

Trois jours et plus de 400 pages, pour ma part. Le temps d’un petit voyage à Naples, en Italie, dans un coin défavorisé de la ville où grandissent parfois une petite fille ou deux, du genre à avoir un destin et des rêves qui débordent du quartier. Elena Ferrante rend l’endroit captivant, on y habite presque aussi. Un village dans la ville, avec sa langue et ses codes. Les personnages et les histoires sont hauts en couleurs, mais pas délirants non plus, tout sonne juste. Ils pensent, rêvent et changent d’avis, se parlent, se disputent, se battent, s’éloignent et se retrouvent. Ils grandissent et vieillissent aussi. Parfois s’échappent un peu. Ils sont vraiment humains, en entier, pas juste des ombres de clichés de personnalités comme on en rencontre souvent dans les livres. Ils sont tous sauf lisses et pas toujours heureux non plus. Le quotidien à l’échelle d’une vie d’enfant, puis à travers des yeux d’adolescente.

L’auteure aussi a une histoire haute en couleur, puisqu’on ne sait pas de qui il s’agit véritablement. Mille et une rumeurs courent sur son véritable nom. Tout pour plaire ! On comprend l’engouement. D’autant que c’est le meilleur livre que j’ai pu lire depuis un bout de temps, à se procurer de toute urgence ! Et quand ce sera fait ne vous inquiétez pas, les tomes 2 et 3 attendent déjà (et on raconte que la suite est encore mieux !).

*Il y a même eu un quatrième tome entre temps. Le ton est différent dans les deux derniers livres, surtout dans le dernier d’ailleurs. La lecture est moins exaltante qu’au début, mais peut-être est-ce aussi ça devenir adulte : s’ennuyer la où la vie d’enfant était trépidante… Magnifique série de livres tout de même !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s